Notre realite virtuelle pourrait aider a traiter nos troubles sexuels

Authors

Professor, Department of sexology, Universite du Quebec a Montreal (UQAM)

Ph.D. candidate in sexology, Universite du Quebec a Montreal (UQAM)

PhD student in psychology, Universite du Quebec a Montreal (UQAM)

Disclosure statement

David Lafortune recoit votre financement du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) et du Fonds de recherche du Quebec – Societe et culture (FRQSC).

Eliane Dussault recoit un financement du Fonds de recherche du Quebec – Societe et culture (FRQSC).

Valerie A. Lapointe recoit un financement du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) et du Fonds de recherche du Quebec – Societe et culture (FRQSC).

Partners

Universite du Quebec a Montreal (UQAM) provides funding as a founding partner of The Conversation CA-FR.

Universite du Quebec a Montreal (UQAM) provides funding as a member of The Conversation CA.

Languages

  • Francais
  • English
  • Email
  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
  • WhatsApp
  • Messenger

L’essor des nouvelles technologies est en train de revolutionner cette discipline d’une sante mentale pour et cela est une comprehension et du traitement des troubles tels que les phobies, nos troubles alimentaires et les psychoses. Parmi les innovations, la realite virtuelle (RV) reste 1 outil puissant qui va permettre d’offrir de nouvelles experiences d’apprentissage, augmentant ainsi le bien-etre psychologique loveroulette des patients.

Notre RV immersive cree des mondes interactifs generes par ordinateur qui exposent les utilisateurs a des perceptions sensorielles calquees sur celles du monde « vrai ».

On peut desormais trouver de nouveaux moyens de satisfaire ses besoins sexuels et emotionnels grace a la technologie, qu’il s’agisse de realite en ligne ou augmentee, de teledildonique (jouets sexuels qui peuvent etre controles par Internet) ou d’applications de rencontre. La recherche via l’utilisation de la RV en sexotherapie n’en reste toutefois qu’a ses debuts.

L’aversion sexuelle reste claque de ressentir d’la peur ou du degout ainsi que faire de l’evitement en presence de signaux ainsi que contextes sexuels. Une etude neerlandaise publiee en 2006 a revele que l’aversion sexuelle touchait jusqu’a 30 % des personnes au cours de leur vie. Et une recente enquete menee au Quebec par notre laboratoire aupres de 1 933 individus a revele qu’au moins 6 % des femmes et trois pour cent des hommes ont avis de l’aversion sexuelle i  l’occasion des six derniers mois.

Ces informations semblent indiquer que l’aversion sexuelle reste aussi courante que la depression et les troubles anxieux.

Exposition et aversion sexuelle

Les difficultes a vivre une sexualite avec ravissement, que ce soit en solo ou en couple, seront au c?ur de l’aversion sexuelle. J’ai guerison passe par une modification de l’ensemble de ses pensees, de l’ensemble de ses reactions et de ses comportements en situations sexuelles et amoureuses, comme en s’exposant progressivement a des contextes sexuels qui causent de l’apprehension.

Des decouvertes recentes montrent que J’ai RV pourrait engendrer des changements dans des situations de la vie reelle, en particulier chez les personnes avec une dysfonction sexuelle ou ayant des antecedents de traumatisme sexuel. Mes resultats de notre equipe, qui n’ont pas encore ete publies, montrent que Notre RV pourra aider a surmonter des peurs et l’anxiete liees a l’intimite.

Mes mondes immersifs et realistes generes avec ordinateur dans la RV pourraient engendrer des resultats positifs en matiere de sante sexuelle, tels qu’une augmentation du plaisir et du bien-etre sexuels, en attenuant la detresse psychologique dans des contextes sexuels.

Le traitement de l’aversion sexuelle repose sur une exposition controlee, progressive et repetee a des contextes sexuels anxiogenes. Ces expositions visent a reduire progressivement la peur et l’evitement, 2 reactions courantes chez les personnes qui souffrent d’aversion sexuelle.

En gardant votre objectif a l’esprit, la RV procure votre moyen ideal et ethique d’intervention, car des simulations pourront etre ajustees de maniere a etre plus ou moins explicites et etre experimentees de maniere repetee, meme pour des contextes sexuels qu’il pourrait i?tre impossible ou dangereux de recreer dans le quotidien reelle ou dans le cadre d’une therapie.

Ainsi, les situations que craignent en general des individus souffrant d’aversion sexuelle, comme nos agressions sexuelles, l’echec ou le rejet, ou claque de se sentir piege au sein d’ une retrouve sexuelle, ne se produisent pas vraiment dans la RV. La RV leur permettra non juste de surmonter leurs peurs, et d’apprendre de nouvelles habiletes sexuelles qui pourront servir dans le monde reel et qui seraient autrement difficiles, voire impossibles, a developper. Mes personnes en traitement pourront ensuite mettre en commode ces apprentissages dans des circonstances intimes du monde reel.

Paralli?lement i  cela, bien que leur esprit et leurs corps se comportent comme si l’environnement virtuel dans lequel ils seront immerges est vrai, les patients sont plus disposes a faire face a des situations difficiles dans la RV que au monde vrai parce qu’ils seront conscients qu’il s’agit d’un contexte fictif, ainsi, donc plus entendu.

Traitement de l’aversion sexuelle

En decembre 2020, nous avons recueilli des donnees qui nous ont permis de comparer des personnes aversives et non aversives sur le plan sexuel. Les participants etaient immerges dans un environnement virtuel simulant une interaction intime typique, avec 1 personnage fictif qui adoptait des comportements sexuels dans six scenes. Les participants etaient progressivement exposes au flirt, a la nudite, a la masturbation et a l’orgasme du personnage. Nos resultats suggerent que la RV pourrait constituer une voie prometteuse Afin de traiter l’aversion sexuelle.

Mes individus sujettes a l’aversion sexuelle et a l’evitement ont manifeste davantage de degout et d’anxiete que les participants non aversifs en reponse a la simulation. Et plus les scenes etaient explicites, plus le niveau de degout et d’anxiete des participants est eleve. Ces resultats semblent montrer que l’environnement virtuel reproduit de maniere adequate les contextes de la vie reelle qui provoquent generalement de l’aversion.